Accueil » Uncategorized » Violence urbaine ou guerre civile….

Violence urbaine ou guerre civile….

Absent du site et de l’info pendant quelques jours pour raison professionnelle, je découvre avec consternation les scènes d’émeute à Clichy et Montfermeil suite à la mort accidentelle de deux adolescents dans un local EDF. Ces morts sont stupides et dramatiques. Justifient-elles pour autant ces images de haine et de violence que les médias relaient avec complaisance?

Que voit-on en effet?

Des "jeunes gens", comprenez dans la novlangue actuelle: voyous immigrés ou issus de l’immigration, prendre à partie pompiers et policiers, brûler des voitures, tirer à balle réelle (!) sur les véhicules de la police.

Un homme d’origine africaine nous expliquer: "Ah vraiment, c’est la faute d’EDF qui n’ a pas assez protégé son local. (Il n’y avait des grillages que sur 4 métres de hauteur, surmontés de barbelés…).

L’interview d’ autres "jeune gens" expliquant avec arrogance: "C’est la faute à la police, elle nous provoque, ziva!"

Et une seule interrogation, les adolescents étaient-ils poursuivis par la police? Et le procureur, le ministre, les policiers de se justifier que, pas du tout, ils n’étaient pas poursuivis! Pensez-vous, rajoutent-ils presque pour faire baisser la tension, la police poursuivre des délinquants, vous n’y pensez pas!

Pas un mot par contre sur:

les pauvres gens condamnés à vivre dans ces ghettos et qui ont perdu leur voiture carbonisée, souvent un de leur seul bien,

les pompiers traumatisés par les attaques incessantes dont ils sont l’objet dans ces quartiers,

les policiers blessés dans les affrontements,

et l’argent que tout celà nous coûte,

etc, etc, etc….

Et pour finir, faites le parallèlle entre la place occupée par cette info, et celle du meurtre à coups de pieds et de poings de ce père de famille sous les yeux de sa femme et de sa fille: trois phrases, pas d’images, pas d’interview: la paix sociale est à ce prix.

Combien de temps cette politique du pantalon baissé sera-t-elle efficace? Nul ne le sait, car la marge de manoeuvre est faible: le pantalon est déjà sur les chevilles….

Info de dernière minute: les parents des victimes viennent de porter plainte…sic

4 réflexions sur “Violence urbaine ou guerre civile….

  1. Je partage totalement ce point de vue et le complète : voir un procureur dire que la nuit a été calme et que « seulement 20 voitures ont été brulées » et voir comment L.FERRARI (journaleuse sur TF1 et pur produit de l’intellengtsia merdique parisienne) s’est payée SARKO hier soir (ne l’oublions pas ministre de l’intérieur tout de même)…me laisse à penser que nous sommes vraiment en chute libre et je me prends à rêver que, comme dans le film du même nom, M.DOUGLAS serait remplacé par un commando de para. qui ferait un peu d’ordre dans cette chienlit. ziva !

  2. bonjour
    Beaucoup de choses sont inexplicables pourquoi ses jeunes puisqu’ils n’ont rien fait « d’après leur dire » se cachent de la police?
    Ensuite même s’ils étaient poursuivis par la police ces derniers ne leur ont pas pris la main où forcer à se cacher dans un endroit dangereux?
    ils sont des enfants qui jouent au gendarmes et aux voleurs tous en etant presque des adultes ces jeux anodins ne sont plus de leur age se qui prouve qu’ils n’ont pas grand chose dans la tête à part la haine.
    C’est triste de voir qu’ils ne réfléchissent plus et agissent avant de penser.
    Et comme ils voient que les médias parlent d’eux à chacun de leur exploit (si on peut appeler ça des exploits) ils se sentent très forts.
    La pauvreté n’est pas toujours une excuse.
    j’ai 63 ans et j’ai vécu chez mes parents dans une pièce et (une cuisine 1×2) nous étions 5 enfants plus les parents cela faisait 7 personnes sans eau ni toilette, les deux un étage en dessous alors la pauvreté je connais 5 étages à monter sans ascenseur nous étions dans une chambre sous les toits et pourtant nous étions heureux et pas jaloux des autres.
    c’est vrait que le gouvernement baisse leur pantalon facilement et pour tout drôle et triste époque
    et le pauvre homme tué pour un appareil photo comme vous dite 3 lignes

  3. Bonsoir.
    Les « psy » et les sociologues parlent souvent du nombre grandissant dans la population d’individus de structure mentale « Etat-Limite » (en anglais « Borderline » ou sociopathe). Nous en avons avec l’exemple de clichy, une parfaite illustration.
    Cette strusture mentale se caractérise par :
    – une intolérence à la frustration (= Ne pas supporter d’être contrarié) ;
    – un goût pour la prise de risque (= conduites à risque ou « Ordalie »), où la montée d’adrénaline et le seul moyen de se sentir exister. Un des exemples « a minima » les plus connus est le « jeu du foulard », qui tue un nombre important d’ados tous les ans ;
    – une tendance au clivage : dans le monde il y a les bons et les mauvais, celui qui va dans mon sens est bon, celui qui va contre est mauvais ;
    – un goût pour la transgression : la confrontation permanente à la loi (la psychanalyse dira à la « loi du Père »), traduisant la recherche incessante de limites ;
    – un goût pour le chantage (parfois affectif), la négociation (lorsqu’elle va dans le sens de la personne bien sûr)
    – Parfois la psychopathie, c’est-à-dire l’incapacité totale à maitriser ses pulsions.
    Le développement d’une telle personnalité est dû à ce qu’on nomme l' »absence du père » dans le développement de la personnalité, de la « Loi du Père » que Freud appelle aussi le « Surmoi », et qui est la somme des interdits primordiaux (l’inceste,…) et ceux propres à une société donnée.
    Une grande partie des délinquants, toxicomanes, anorexiques ont cette structure mentale.
    La solution, me demanderez-vous. Il ne s’agit pas de revenir à la société moraliste et stricte du 19è siècle, mais il importe que les parents, et plus particulièrement les pères, réapprennent à fixer les limites qui contraignent, certe, mais surtout contiennent les pulsions primordiales (pulsion de vie et pulsion de mort, freud les nomme le « çà »)) présentes en tout individu dès sa naissance.
    L’absence de limites est source d’anxiété, et peut ouvrir la porte aux conduites à risque ou « ordalies », qui sont la recherche incessante des limites.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s