Les saloperies d’ Albert Jacquard

En colère pour des raisons que j’ exposerai dans une note prochaine, je viens d’ entendre la chronique d’ Albert Jacquard, à 17h55 sur France Culture. J’ ai déjà évoqué ces chroniques, sorte de philosophie à la petite semaine, destinées à flatter le pékin moyen qui peut s’ enorgueillir de comprendre un " grand savant ".

L’ horrible (au sens propre) chroniqueur vient de franchir un nouveau pas, celui de l’ infamie, en dévoilant son soutien à Marina Petrella. Celle-ci est en voie d’ expulsion vers l’ Italie ou elle a été condamnée pour différents crimes, dont le meurtre d’ un commissaire de police. Le grand homme défend alors sa position en évoquant la promesse effectuée dans le plus grand secret par l’ infâme Mimitte de ne pas expulser les membres des Brigades Rouges et, tenez-vous bien, " des actes lointains qui se sont passés dans son pays " !!!

J’ aimerais, vilain laideron, te mettre en face de la femme du commissaire assassiné, victime de cet " acte lointain ", et observer ta réaction de grand humaniste moralisateur.

Ta tronche donnait déjà envie de gerber. Tes propos aussi, maintenant.

Lenonce