Une famille musulmane ordinaire …

Insidieusement, et avec le concours de nos journaleux médiocres autant qu’ incultes, l’ islam transforme notre société. Il n’ est plus question de se fondre dans le paysage français, plus question d’ intégration, plus question d’ assimilation. Le message est clair:  » nous sommes là, pour longtemps, et il faudra nous accepter avec nos rites et nos coutumes, que, le nombre aidant, nous finirons bien par vous imposer. »

Je viens de lire qu’ on avait mis en examen une parisienne de 21 ans pour « association de malfaiteurs en vue de la préparation d’actes de terrorisme ». Le journaliste d’Europe 1 s’ étonne, et justifie son étonnement: « Elle est issue d’une famille musulmane ordinaire, même si sa mère porte le niqab. » Ainsi, pour cette lopette, dans une famille française de confession musulmane, la norme est que la mère soit intégralement voilée. ( lire ici ) Il y a des coups de batte qui se perdent !

tribalatJ’ ai écouté avec beaucoup d’ attention, et un brin surpris car passant sur la chaîne France info, la sociologue Michèle Tribalat parler de son livre:  « Assimilation, la fin du modèle français ». ( à écouter ici ). Où on a confirmation  de toutes les craintes qui s’ expriment dans ces blogs mal-pensants, et que nos politiques de tous bords s’ acharnent à cacher. On y découvre aussi le rôle crucial de l’ Europe, qui a décidé en 2004, et sans aucune concertation de ses citoyens, d’ imposer le modèle du multiculturalisme.

Lire aussi l’ entretien de celle-ci avec, entre autre, Malika Sorel: ici. Ces femmes, Sorel et Tribalat, ne paraissent pas de dangereuses extrémistes incitant aux pogroms anti-musulmans. Et pourtant leurs conclusions sont implacables: l’ installation incontrôlée sur le territoire national d’ une masse croissante de musulmans s’ enfermant dans un communautarisme de plus en plus radical représente un danger pour notre République.

Voilà, beaucoup de références, mais comme le week-end approche et qu’ il fait un temps de chiotte, vous n’ avez aucune excuse !

lenonce