Saal bonne femme !

Agnés Saal, la gouape de luxe et surdiplomée, qui a plombé de 40.000 euros de frais de taxis son entreprise, vient d’être recasée au ministère de la culture à un poste créé pour elle: « chargée de mission sur les questions de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences ». Le simple fait que cette saloperie (qui montre avec flamboyance que l’égalité homme-femme est en marche: elles deviennent aussi pourries que les hommes!) ait accepté montre une absence totale de pudeur et de sens moral.

Imaginez une entreprise privée où on vous vire d’une direction pour faute grave, et où on vous redonne immédiatement aprés un poste-clé. Vous avez du mal à l’imaginer? C’est normal, c’est inimaginable, sauf pour les crevures installées aux manettes.

Ce gouvernement exemplaire d’un président exemplaire continue de nous chier à la gueule avec une conviction qui force le respect.

Il faudra bien qu’un jour on récupère les crocs de boucher qui rouillent à la cave …

lenonce