14 novembre, une bien belle journée

Vivre une période troublée ne doit pas nous priver de savourer de petits moments de bonheur. Samedi, j’ ai participé à mon premier repas de blogueurs nauséabonds, en présence de Corto, La plume à gratter, Chroniques désabusées, Grincheux grave, Boutfil, Le Plouc émissaire, et Fikmonskov.

J’ ai revu avec un immense plaisir mon camarade Grincheux, et fait connaissance des autres. Nous avons successivement, voire simultanément:

bu un coup, défait le monde (en totalité), philosophé, bu un coup, refait le monde (incomplètement), évoqué et regretté Louis XVI, bu un coup (complétement), craché sur nos dirigeants, cité les tontons flingueurs, bu un coup, houspillé la seule dame du groupe (qui s’est bien défendue), fait un sort à des andouillettes et, par voie de conséquence, ri aux dépends de Jégou, évoqué et regretté Napoléon (premier bien sûr!), fait assaut d’esprit et d’ érudition, bu un coup, discuté politique dans une ultime opposition entre souverainistes (au sens strict) et républicains (au sens large), chanté du Fernandel, et immortalisé l’ instant devant un symbole de … enfin un symbole quoi !

Bref nous avons fait tout ce qui entraine les combattants de Daesh à se gratter au sang sous leurs djellabas crasseuses, combattants à qui je réaffirme ici mon plus profond mépris, mépris qui me conduit, après tous ces verres, à leur pisser au cul avec un tuyau de trois mètres cinquante.

lenonce