Qu’il est dur pour un gauchiste de devenir patron !

Ces gauchos sont extraordinaires. Sans responsabilité, ils n’ont pas de mots assez durs pour fustiger les entreprises et les patrons. Donnez-leur le pouvoir, et ils se conduiront comme les plus féroces des rapaces. Un peu comme si vous sortez un trappiste du monastère pour l’amener au bordel en le laissant libre de niquer tout ce qui bouge.

Regardez les rigolos brésiliens, Salope et Lula. Ils ont bâti leur célébrité sur la défense des plus pauvres, mais une fois au pouvoir, c’est open-bar. Comme s’ils voulaient rattraper le temps perdu ou se dédommager d’être gentils avec les gueux, ils deviennent alors les pires des corrompus.

Voyez l’autre rigolo à pipe, Michel Field. J’ai toujours entendu ce type, à qui je reconnais une certaine intelligence, vomir sur la droite, les patrons et la finance. Au terme d’une magouille en cascade de moi-président (Schramek-Ernotte-Field), le voici patron de France télévision. Il devient alors le plus détestable des dirigeants: arrogant, méprisant, bref, insupportable.

Le pouvoir rend fou les gauchos, c’est pourquoi il ne faut pas le leur laisser. La seule chose que cet abruti n’aura pas comprise est celle-ci: quand on dirige, on ne s’excuse jamais …

lenonce

Capture