Il faut que les bottines suivent les babines…

Encore un scandale bien de chez nous.

Depuis très longtemps une entreprise Française, MARBOT-BATA, fabrique des brodequins pour l'armée de terre. Elle vient d'en perdre le marché au profit de l'entreprise Allemande MEINDL et de la société ARGUEYROLLES qui sous-traite une partie de sa production…en Tunisie !

L'entreprise MARBOT-BATA, implantée sur la commune de Neuvic en Dordogne, réalisait 70% de son chiffre d'affaires avec l'armée. Il est fort probable que les 75 salariés de cette petite entreprise se retrouvent bientôt dans les locaux de l'ANPE.

Certes, comme dirait l'autre, l'armée Française n'a pas pour vocation de garantir le CA de telle ou telle entreprise mais, en période de crise, alors même que l'état lance un nombre incroyable de chantiers plus ou moins utiles pour faire travailler nos entreprises, il ne me semble pas absurde qu'il continue à faire appel à une entreprise avec laquelle il travaille depuis plus de 30 ans (et dont le savoir faire est reconnu) ne serait-ce que pour garantir les emplois des 75 salariés.

Ce qui est énervant c'est le fossé qui existe entre les discours de nos dirigeants (à commencer par le premier) lorsqu'ils parlent d'entreprises qui délocalisent et leur action dans un dossier tel que celui-ci.

Comme disent nos cousins Québécois " Il faut toujours que les bottines suivent les babines" ce qui, dans notre pays, est rarement le cas. Il m'a semblé que cette phrase était parfaitement adaptée à la situation !

Géronte d'Allauch