Cahuzac, comédie en quatre actes

Jouez hautbois, résonnez musettes, Cahuzac ne se présentera pas !

Les socialistes, nous dit-on, sont soulagés. Harlem Désir et Moscovici (qui ne dort plus depuis que Cahuzac est dans la nature), se sont félicités du choix de l’ex-ministre. Comme si on pouvait se réjouir de ce type de décision: « merci, merci, de ne pas nous humilier une nouvelle fois). Mais « je reviendrai », a déjà prévenu l’ancien chevalier blanc du péesse…

Alors, à quoi a bien pu servir cette mascarade du marché, et ce suspense entretenu autour de sa candidature ? Tout simplement à marchander l’énorme enfumage autour de son pognon singapourien. Je m’explique:

Acte 1: (scène de marché, avec de vrais gens en costumes traditionnels, sourire satisfait) je menace de me représenter, et donc de faire éjecter au premier tour la quiche chargée de me remplacer.

Acte 2: (Bercy: des énarques en cravate suent des gouttes, tandis que Moscovici s’ essuie le front) je négocie en sous-main qu’ on me pète pas trop les couilles sur mon évasion fiscale, et j’obtiens gain de cause.

Acte 3: (scènes de liesse populaire, des pétales de rose tombent du ciel, Najat ulule un cantique tandis que Sapin se pogne, le bénard sur les chevilles ) je promets, la main sur le cœur, les yeux dans les yeux, que je paierai l’amende, et donnerai le reste à une association caritative (rires en coulisse).

Acte 4: (scène de marché, avec de vrais gens en costumes traditionnels, sourire béat et larme à l’ œil ) je me représente dans 5 ans, blanc comme un rail de coco, et je suis réélu haut la main.

Sauf que je n’ ai ramené qu’ une infime partie de mon butin, et me suis refait une virginité à moindre frais, avec la bénédiction de mes anciens copains.

cahuzac

 » Elle est pas belle, mon histoire ? Avouez que je vous l’ ai bien mis ! « 

lenonce