Le ministre de l’intérieur se trompe d’ennemi.

Dans l'ambiance délétère de gauche qui règne actuellement au gouvernement, nous sommes loins, très très loins, des promesses de notre ancien ministre de l'intérieur devenu président.

Rappelez vous comment, le regard guerrier, il nous promettait de "karcheriser la racaille". C'est vrai que, comme se plaisait à le répéter le grand Charles (PASQUA, pas l'autre) " les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent ".

Que voyons nous aujourd'hui ? La racaille qui est en train de nous karchériser et qui continue à tenir, d'une main de fer, différents quartiers des plus grandes villes de France. Il a bien dû les faire rire, SARKO, quand il les menaçait. Le 2 juillet 2009, à Marseille, une grenade défensive de type militaire était envoyée dans le parking du commissariat du 3e arrondissement. Fait divers peu commenté et grande discrétion demandée aux policiers sur le sujet. Lire l'article qui fait froid dans le dos.

Et pendant ce temps là que fait notre ministre de l'intérieur ? Il suspend un préfét, Paul Girot de Langlade, pour un motif fumeux…et certainement bidouillé. Malheureusement pour lui il est tombé sur un os car ledit préfet n'a pas du tout envie de se laisser humilier par son ministre. Ses déclarations récentes et celles de son avocat (l'inévitable Collard) le prouvent.

Quand on se trompe d'ennemi pour satisfaire une nouvelle idéologie rose/rouge qui se développe de plus en plus à la tête de l'état, je pense, sans faire preuve d'un pessimisme exagéré, que l'avenir, lui, ne va pas être rose.

Géronte