Libérez Mandéla !

La lente agonie de ce pauvre homme, que nos merdiques médias relaient en boucle, lui donnant du madiba comme s’ ils faisaient eux-mêmes partie de l’ ANC,  est profondément dérangeante à une époque où, dans nos pays modernes, on s’ interroge sur la fin de vie.

Les bulletins de santé qui annoncent un « état critique » (traduisez: il est mort), mais  » stable  » (traduisez: on n’ a pas encore débranché la machine), sont le paravent derrière lequel les membres de la famille s’ entredéchirent pour toucher le pognon …

Peu glorieusement, le prix Nobel de la Paix agonise comme un vulgaire dictateur du XX ième siècle … Triste.

lenonce