Marisol « Wonder » Touraine

Les dessinateurs ont décidément le vent en poupe. En témoigne le scandale provoqué par une fresque murale du CHU de Clermond-Ferrand représentant Wonder Woman se faire très joliment démonter par d’ autres super-héros enthousiastes: branlette, douple pénétration, fist-fucking, éjac faciale, bref, la synthèse d’ une partouze réussie !

Ce dessin, d’ assez belle facture ma foi, existe depuis 15 ans, mais des esprits facétieux, suite aux récentes discussion sur le projet de loi santé, ont cru bon d’ ajouter quelques commentaires, à découvrir ci-dessous:

fresque hôpitalCela a fortement déplu à quelques connasses du mouvement « Osez le féminisme » qui y ont vu une scène de viol, et pas n’ importe laquelle, puisqu’ il s’ agirait du viol de notre ministre de tutelle.

A ceux qui voudraient s’ essayer à la comparaison, voici une petite illustration:

wonderwoman   1756992_3_333e_marisol-touraine-la-ministre-de-la-sante_f59ad32fb1702680f38e5da83394ae59

Il y a en effet quelque chose, si on imagine un « avant » et un « après » la scène suce-dépeinte !

Donc, la ministre est très choquée, à en avoir les yeux qui lui sortent de la tête, Laurence Rossignol, toujours première à sortir une connerie, se fend d’ un tweet méprisant, le Conseil de l’Ordre, ce ramassis de vieillards qui n’ ont plus bandé depuis Pétain, condamne, le syndicat des internes fait dans son froc et le CHU se réserve le droit de porter plainte.

Le but est simple: laver l’ affront de ces vilains carabins au plus vite. Enculer Mahomet ou Monseigneur Vingt trois, c’ est bien, et une digne manifestation de la liberté d’ expression. Fist-fucker la ministre de la Santé, c’ est intolérable et la preuve que les médecins sont des tordus qu’ il faut mater. Encore une fois sévit, sous ce gouvernement, le « deux poids, deux mesures ».

Je veux dire ceci à notre ministre. Les dessins de cul, chers à Wolinski, ont toujours fleuri sur les murs des internats, et cela bien avant sa naissance. Ils ont accompagné de leur poésie décalée mes Pairs et mes Maitres, ils font partie du paysage des études médicales depuis toujours, ils vous donnaient une bouffée d’ évasion quand, à 7h du matin, hagard après une nuit de garde, après avoir côtoyer la mort et l’ humanité souffrante, vous alliez prendre un café, debout sur un coin de table.

Mais ça, Mme la ministre qui avez fait carrière dans un bureau, vous ne pouvez pas le comprendre …

lenonce