Où sont les bandes de chrétiens ?

A l’ occasion du passage à tabac d’ un jeune de confession israélite (tous les mots comptent), le langage soigneusement lignifié des journaleux vole en éclats. Il ne s’ agit plus de " jeunes gens " ( terme dont chacun comprenait ce qu’ il regroupait ), mais de bandes d’ africains, de noirs, de musulmans, de maghrébins, et, plus inattendu, de juifs !

Ne pouvant plus maquiller la réalité sous ce vocable consacré, et ceci parceque la victime est juive ( et quoique participant elle-aussi au phénomène de bandes ), les médias nous dépeignent une société française hallucinante, ou races et religions s’ affrontent en face-à-face sanglants.

La question est donc: pourquoi n’ y a-t-il pas de bandes de chrétiens, écumant les " quartiers " pour en découdre, évangiles au poing, crucifiant leurs rivaux sur les portes cochères, rouant de coups leurs petites soeurs quand elles ne ressemblent pas à la Vierge Marie et incendiant des voitures à la Pentecôte, puisque c’ est la fête des langues de feu ?

Hein, pourquoi ? Et n’ allez pas me dire que c’ est parceque la religion chrétienne véhicule un message de paix et de tolérance, pronant l’ amour universel. Ce serait insultant envers les autres religions du livre, et ça, c’ est mal.

En vérité je vous le dis: il faut rendre la croix au chétien, la kippa au juif et le croissant au beur.

lenonce